Dissolution de l’Assemblée nationale : une profonde inquiétude pour l’avenir de la profession

Ivry-sur-Seine le 10 juin 2024 – Suite aux résultats des élections européennes qui se sont déroulées ce dimanche 09 juin 2024, le Président de la République, Emmanuel Macron a dissous l’Assemblée nationale. Face à une telle annonce, le Sniil exprime sa profonde inquiétude.

Les travaux qui étaient en cours à l’Assemblée nationale sont donc à l’arrêt depuis l’annonce présidentielle et ce jusqu’aux prochaines élections législatives qui se dérouleront les 30 juin et 07 juillet prochain. Parmi ces travaux, un texte crucial pour la profession : la refonte du métier infirmier était en attente. Alors que le Ministre de la santé, Frédéric Valletoux, nous avait promis un aboutissement de cette réforme pour la fin de l’été 2024[1], cette promesse nous semble désormais bien compromise. Pour rappel, la réingénierie de la profession était initialement espérée pour 2023, mais, faute de gouvernement stable, elle a été retardée à plusieurs reprises[2]. Alors que la profession n’a de cesse d’exprimer sa souffrance depuis des mois, il est impératif de pouvoir reprendre ces travaux et les conclure au plus vite afin de permettre l’ouverture de négociations tant attendues.  

Nous pouvons craindre que ces futures élections législatives engendrent un nouveau remaniement et donc la nomination d’un nouveau Ministre de la santé. Renforçant ainsi l’instabilité politique qui règne depuis des années et dont les premières victimes sont les professionnels de santé et les patients. Il serait irresponsable que les différentes réformes du système de santé, dont la refonte de notre métier pour laquelle nous nous battons depuis des mois, ne représentent plus un enjeu prioritaire pour le gouvernement à venir.

Le Sniil appelle donc à reprendre les travaux législatifs en cours, dont celui sur la refonte de la profession, dès l’élection de la nouvelle Assemblée. En effet, tout retard sur l’aboutissement de cette réforme entraine un report d’ouverture de négociations, raison pour laquelle nous demandons depuis des semaines l’ouverture anticipée des négociations avec l’Assurance Maladie. Nous ne pouvons faire l’impasse sur ce texte, il est urgent de revaloriser notre profession et de reconnaitre nos compétences qui tiennent une place cruciale dans le système de santé. 


[1] Mobilisation du 04 avril : une rencontre ministérielle en deçà des attentes – communiqué de presse – 05/04/2024

[2] 2023 n’aura pas été l’année de l’infirmière – article – 02/12/2023