Rassemblement du 4 avril : le Sniil appelle les Idel à se mobiliser massivement sur Paris

Paris, le 20 mars 2024 – Après les mobilisations du 19 mars 2024 partout en France, le Sniil annonce sa participation active au rassemblement prévu le 4 avril 2024 à Paris.

Lors du dernier mouvement, vous avez pu entendre notre colère face à des conditions de travail qui se dégradent et des difficultés de plus en plus importantes pour faire face à l’inflation. Ainsi, le 4 avril prochain, nous marcherons unis dans Paris pour montrer aux instances que nous attendons des mesures fortes et concrètes.  

Pour ce nouveau rassemblement, nous réitérons l’ensemble de nos revendications[1] pour une juste reconnaissance et valorisation de nos compétences. Face à l’inflation galopante, notre profession ne peut plus se permettre d’attendre davantage, il est urgent d’agir !  A commencer par la revalorisation de nos Actes Médicaux Infirmiers (AMI) qui n’ont pas évolué depuis 2009. Alors que les coûts de l’énergie et d’entretiens de nos véhicules, indispensables à la pratique de notre métier, explosent, nous demandons également une revalorisation de l’Indemnité Forfaitaire de Déplacement (IFD) à 3€ (contre 2,75€ aujourd’hui). Afin de permettre une meilleure prise en charge des patients les plus dépendants, nous revendiquons, de surcroit, une revalorisation du forfait C du Bilan de Soins Infirmiers (BSI) à hauteur de 34€ (contre 28,70€ aujourd’hui).

Au-delà des revalorisations vitales à la profession, nous revendiquons de meilleures conditions de travail. Une simplification de la lourdeur administrative qui nous incombe, mais aussi de notre nomenclature obsolète et surtout la garantie de notre sécurité lors de nos visites aux domiciles des patients. Il est temps de repositionner l’infirmier libéral dans notre système de santé. Ainsi, nous demandons plus d’autonomie et de responsabilités dans la prise en charge des patients.

Face à l’urgence de la situation, nous adressons directement un appel pressant au Ministère de la Santé ainsi qu’à la Caisse Nationale d’Assurance Maladie. Nous leur demandons instamment d’agir avec célérité pour répondre aux attentes légitimes de la profession. Nous sommes l’une des dernières professions de santé à se rendre directement aux domiciles des patients. Avec le vieillissement de la population et l’augmentation des pathologies chroniques, le système de santé ne peut tout simplement pas se passer des infirmières et infirmiers libéraux. Nos revendications sont autant essentielles à la profession qu’aux patients eux-mêmes, qui ne peuvent faire l’impasse sur une qualité de soin irréprochable. Le Sniil reste donc déterminé à poursuivre sa mobilisation jusqu’à l’obtention de réponses concrètes et satisfaisantes pour l’ensemble de la profession.