En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : | APPLI : | NEWSLETTER

le Sniil s'étonne et s'inquiète...

Dans une lettre adressée à la CGT Santé-Action sociale et transmise à l'AFP ce lundi, la Ministre des Affaires Sociales Marisol Touraine s'est exprimée en faveur d'un engagement rapide de «modifications législatives sur l'obligation d'adhérer aux ordres professionnels».


Prenant acte de cet écrit, le Sniil (Syndicat National des Infirmières et Infirmiers Libéraux), souhaite souligner l'impact et les conséquences de ce positionnement pris sous la seule pression de centrales syndicales très peu représentatives au sein de la profession infirmière mais osant, pourtant, s'opposer farouchement à l'Ordre Infirmier.

Car de telles modifications législatives signifieraient, à terme, la suppression de tous les Ordres professionnels : celui des infirmiers, certes, mais aussi ceux des masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues, sages-femmes, médecins... et même des avocats, architectes, vétérinaires ou experts-comptables.

D'où une question, importante : qui, alors, s'assurera de l'éthique de l'ensemble de ces professionnels ? Et comment le public sera-t-il protégé en cas de manquement à la déontologie de l'un d'entre eux ?

Face à ces interrogations, le Sniil exprime donc publiquement son inquiétude. Et s'étonne qu'une telle décision soit prise sans plus de concertation avec les professionnels concernés, mais aussi avec les associations de patients et d'usagers.