En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : APPLI :

Paris, le 29 avril 2013.- Le 23 avril dernier, lors d’un débat au Sénat sur la politique vaccinale, Marisol Touraine a énuméré plusieurs pistes qui permettraient, selon elle, d’améliorer la couverture vaccinale en France. Parmi elles, une idée inacceptable pour le Sniil : celle « d’autoriser la vaccination par un infirmier au sein d’une pharmacie ».

En effet, cette proposition sous-entend, au final, que les infirmières ne peuvent contribuer à la politique de santé publique qu’en étant placées sous la délégation de « docteurs » : qu’ils soient médecins ou pharmaciens. Ce qui revient à nier le rôle propre infirmier pourtant reconnu par la Loi. D’où une question, ironique : pourquoi la Ministre ne va-t-elle pas jusqu’au bout de sa logique en proposant que la vaccination par un infirmier puisse également s’effectuer sous responsabilité d’un vétérinaire, ou d’un dentiste… titulaires également de ce fameux titre ?

De plus, la Ministre oublie que les infirmières et infirmiers libéraux ont déjà obligation de par la Loi de disposer de leur propre cabinet professionnel. D’où une autre question : où pourra-t-on au mieux « renforcer les actions de proximité permettant d’augmenter significativement la couverture vaccinale » ainsi que le souhaite Mme Marisol Touraine ? Dans les 22 635 pharmacies[1] ; ou dans les cabinets infirmiers libéraux dont le nombre est, au minimum, de 57100[2] ?

Enfin, le Sniil tient à rappeler que les infirmières ont aussi fait depuis longtemps la preuve de leur efficacité dans le domaine de la vaccination. Avec, par exemple, l’obtention aux Etats-Unis de très fortes croissances de la couverture vaccinale dès lors qu’elles pouvaient vacciner en toute autonomie (+44% pour la grippe et +50% pour les infections à pneumocoques)[3].

Souhaitant éviter que les infirmiers ne fassent les frais d’une politique de santé pour l’heure exclusivement axée sur le développement du métier de pharmacien, le Sniil demande donc à la Ministre de la Santé d’engager de façon urgente la concertation. Avec, comme promis lors de ce même débat au Sénat, « l’ensemble des professionnels de santé, médecins et non-médecins ».

 



[1] Source : Ordre des pharmaciens

[2] Il n’existe pas de statistiques officielles concernant le nombre de cabinets infirmiers. Toutefois, selon l’Ordre Infirmier, on dénombre 44081 infirmiers libéraux exerçant en individuel (et donc disposant de leur propre cabinet) ; et 26044 qui exercent en cabinet de groupe (avec un minimum de 2 infirmières par cabinet). Ce qui revient à dire qu’il y au minimum 57100 cabinets infirmiers en France, DOM compris.

[3]« Interventions to Improve Inuenza and Pneumococcal Vaccination Rates Among Community-Dwelling Adults : A Systematic Review and Meta-Analysis », by Lau, Hu, Majumdar, Storie, Rees, Johnson, in Annals of Family Medicine, vol. 10, n°6, November-december 2012.