En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : | APPLI : | NEWSLETTER

Paris, 11 octobre 2010. - Face à un gouvernement qui campe sur ses positions malgré les appels réitérés de sa population, mais aussi aux problèmes physiques et/ou psychologiques qu’engendrera la poursuite du travail jusqu’à 67 ans pour les populations les plus fragiles, le Syndicat National des Infirmières et Infirmiers Libéraux (Sniil) appelle les 67 000 infirmières libérales à rejoindre les cortèges de manifestation mardi 12 octobre. Ou, tout du moins, compte sur leur mobilisation créatrice via, par exemple, apposition d’affichettes ou de banderoles sur leurs véhicules : car n’oublions pas que les infirmières libérales ne pourront pas toutes se libérer, étant aujourd’hui encore la seule profession de santé soumise à une obligation de continuité des soins 24h/24h et 7j/7j.

Seul syndicat infirmier libéral à s’être ému du projet de réforme des retraites, le Sniil rappelle en effet, que si ce projet de loi est voté en l’état, les infirmières libérales seront triplement pénalisées. Premièrement, parce qu’elles sont femmes dans 84% des cas et que leur carrière n’est pas toujours linéaire ; deuxièmement, parce que leur métier, reconnu pénible lorsqu’il est exercé à l’hôpital, ne l’est toujours pas quand il est effectué à domicile ; et troisièmement, parce que les infirmières libérales renflouent déjà avec leur cotisations à la Carpimko les caisses de retraite d’autres professionnels libéraux moins nombreux mais aux revenus généralement plus élevé (notaires, architectes…).

Enfin, même s’il est vrai qu’actuellement, la population française vit plus longtemps et en même meilleure santé, le Sniil ne peut s’empêcher de s’inquiéter des conséquences que les différents projets de l’actuel gouvernement auront, dans l’avenir, sur la santé des Français les plus fragiles et modestes. Qui devront, tout à la fois, travailler plus longtemps, et renoncer à des soins pour raisons budgétaires eu égard au nouveau plan d’économies pour la Sécu envisagé. D’où une question, légitime : « travailler plus longtemps, M. le Président… Mais dans quel état ? »

Cf. Communiqué de presse « Retraites : non à une réforme inégalitaire et oui à la prise en compte de la pénibilité par métiers… Mais pour tous les types d’exercice ! » en date du 7 septembre 2010
Caisse Autonome de Retraite et de Prévoyance des Infirmiers, Masseurs-Kinésithérapeutes, Pédicures-Podologues
Cf. Motion du Conseil d’Administration Carpimko en date du 6 octobre 2010