En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : | APPLI : | NEWSLETTER

Tous les communiqués de presse...

Paris, 8 avril 2021.- Avec seulement 18871 infirmières et infirmiers libéraux qui ont voté sur 95168 inscrits, les élections URPS 2021 ont été marquées par une abstention record et historique de 80,17%, en hausse de 3,46 points par rapport à 2016. Collège électoral le plus nombreux de toutes ces élections URPS, la profession infirmière a donc choisi, avant tout, de renoncer à s’exprimer, alors que, dans le même temps, les autres professionnels votaient davantage, voire beaucoup plus[1]

Paris, le 19 mai 2021. Le ministère des Solidarités et de la Santé souhaite « accélérer la campagne de vaccination ». Le Sniil salue à nouveau cet objectif mais dénonce les manquements répétés dans la stratégie vaccinale ainsi que le manque de considération de la profession d’infirmière libérale. Avons-nous failli pendant cette crise sanitaire ? Jamais !

Paris, le 8 juin 2021. Suite à la constitution des bureaux URPS qui s’est déroulée jusqu’au 7 juin, le Sniil, Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux, prend la présidence URPS de 7 régions sur 17. Fait important également : le Sniil est aussi présent dans les bureaux de 5 autres régions[1].

Paris, le 8 mars 2021. Lors d’un déplacement dans la Creuse le 6 mars, le Premier ministre promet « de mettre le paquet sur la vaccination ». Or, un décret publié au Journal Officiel le 4 mars autorise la vaccination contre la Covid-19, en toute autonomie aux pharmaciens et sages-femmes… mais pas aux infirmières et infirmiers libéraux. Comment Monsieur Castex compte-t-il réussir sa stratégie vaccinale en nous méprisant de la sorte ?

Paris, le 9 février 2021. Si les centres de vaccination demeurent prioritaires pour mener à bien la campagne vaccinale contre la Covid-19, l’arrivée de nouveaux vaccins – notamment Astra Zeneca et dans un second temps Johnson & Johnson – va rendre accessible la vaccination en ville, au plus proches des patients les plus vulnérables. Ce sont plus de 123 000 infirmières et infirmiers libéraux qui pourront notamment être mobilisés pour relever ce défi sanitaire.

Paris, le 6 janvier 2021.- Hier, Olivier Véran a annoncé l’installation de « 600 centres de vaccination ouverts et accessibles pour la ville », ainsi que la possibilité « de réaliser la vaccination anti-Covid 19 sous la simple supervision générale d’un médecin, et non plus en sa présence ». L’objectif du Ministre est clair : « amplifier, accélérer, simplifier la stratégie vaccinale contre la Covid-19 » .... 

Paris, le 17 novembre 2020.- Le 25 novembre prochain, la Commission des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale examinera la proposition de loi n°3470 visant, soi-disant, à « améliorer le système de santé par la confiance et la simplification ». S’en suivra, le 30 novembre, un débat en séance publique pour une adoption en procédure accélérée…

Paris, le 10 novembre 2020.- Le 15 octobre 2020 lors d’une conférence de presse, Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé, annonçait que 5 millions de tests antigéniques avaient été « déployés dans l’ensemble des régions françaises ». « Prochainement », continuait le Ministre, « médecins libéraux, pharmaciens d’officine et infirmiers libéraux pourront acquérir ces tests ainsi que le matériel de protection adéquat et réaliser directement ces prélèvements ». Vingt-six jours après ce discours, la réalité est toute autre...

Paris, le 13 octobre 2020.- Alors que l’épidémie de Covid-19 s’accélère encore, L’Ordre National des Infirmiers alerte sur la situation des 700 000 infirmiers de France : 57% des infirmières et infirmiers se déclarent ainsi en état d’épuisement professionnel et 43% d’entre eux ne savent pas s’ils seront toujours infirmiers dans 5 ans. Pour autant… est-ce une surprise ? Non ! Ces résultats viennent confirmer la tendance observée par le Sniil dès 2018 pour les seuls infirmiers libéraux… !

Paris, le 17 septembre 2020.- Ce 16 septembre est paru au Journal Officiel un arrêté ministériel autorisant une nouvelle catégorie de professionnels de santé à pratiquer les tests PCR : les masseurs-kinésithérapeutes. Ils viennent s’ajouter à la liste déjà très longue[1] de personnes autorisées à les réaliser. Sauf… que, sur le terrain, le problème ne tient pas du nombre de préleveurs… mais bien d’un manque de directives nationales claires et, surtout, de concertation avec les professionnels de santé.

Paris, le 14 septembre 2020.- Sans aucune explication, la Haute Autorité de Santé a décidé, cet été, de suspendre les travaux consacrés à l’extension des compétences des professionnels de santé en matière de vaccination[1]. Saisie sur ce sujet par le Ministère de la Santé le 21 février 2018, la HAS n’a donc répondu qu’au premier volet de la demande : ce qui a amené à l’autorisation de la vaccination antigrippale par les pharmaciens et à l’extension de cette même  vaccination par les infirmiers aux personnes fragiles primo-vaccinantes. Mais depuis… plus rien : la HAS a laissé tomber le reste des requêtes. Pour le Sniil, cette décision est totalement incompréhensible et inadaptée, surtout dans le contexte de pandémie Covid-19 que subit actuellement le pays...