En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : | APPLI : | NEWSLETTER

Paris, 20 octobre. Après une rupture des discussions avec la CNAM, en juillet dernier[1], les négociations autour du Bilan de Soin Infirmier (BSI) ont repris le 19 octobre avec les syndicats représentatifs de la profession d’infirmière libérale. Le Sniil est resté force de propositions pour débloquer la situation auprès des différentes instances mais, la CNAM reste encore bien timorée face aux besoins des patients dépendants à domicile et ne met pas encore les moyens suffisants à leur prise en charge par les IDELS.

En 2019, lorsque l’outil BSI a été lancé, il semblait évident de réaliser une véritable expérimentation avant d’envisager une mise en application, ce qui aurait permis de mieux appréhender le coût de la prise en charge des patients dépendants. Les syndicats n’ont pas été écoutés.

L’Assurance Maladie doit mettre les moyens dans le BSI, qui est un outil incontournable pour accompagner les personnes dépendantes à domicile. Le Sniil demande :

  • la généralisation du BSI à toutes les populations sans clause de revoyure afin d’éviter les blocages et ainsi pérenniser le dispositif ;
  • le rattrapage du retard pris dans le déploiement de l’outil BSI pour une généralisation dès le premier semestre 2023 ;
  • des moyens financiers permettant le déploiement et la sécurisation du BSI à la hauteur de la dépendance. La CNAM propose une enveloppe supplémentaire de 95 millions d’euros. Pour le Sniil, le compte n’y est pas. Un effort complémentaire doit être fourni pour tenir compte du vieillissement de la population et des besoins afférents.

Le Sniil défend le BSI qui est un outil indispensable permettant d’effectuer une évaluation globale de la dépendance et d’établir un plan de soins infirmiers. Tant que la prise en charge de la dépendance ne sera vue que par le seul prisme économique, aucune avancée bénéfique pour les patients ne pourra être apportée.

Fidèle à ses engagements, le Sniil continuera à défendre les intérêts et les compétences des infirmières et infirmiers libéraux et ne lâchera rien pour que le BSI soit à la hauteur des attentes et des besoins de la population âgée, des personnes dépendantes souhaitant vivre à domicile et de leurs proches.

 

Contact presse

John Pinte, Président National Sniil (06.70.79.56.96)


[1] « BSI : le Sniil s’oppose à une vision purement comptable de la prise en charge de la dépendance » – Communiqué de presse du Sniil – 20/07/2021