En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies...

CONTACT : | APPLI : | NEWSLETTER

Les campagnes électorales s’enchainent en cette année 2022… les engagements se multiplient. Les élections professionnelles n’y échappent pas. Avec la CARPIMKO, de grandes promesses sont souvent annoncées, au risque même de tomber dans la démagogie.

La CARPIMKO, des enjeux à ne pas mélanger

 Ce scrutin a un enjeu qui dépasse celui de l’exercice infirmier au quotidien, des cotations, de la vie conventionnelle… où il est aisé de faire de grandes promesses. Ces élections, les programmes qui y sont attachés jouent l’avenir de nos retraites, de notre fin de carrière mais aussi de l’accompagnement dans notre parcours professionnel et ses accidents.

 Les contextes actuels économiques et politiques laissent entrevoir des moments plus difficiles. La nécessité de réformer le système de retraite se fait entendre. Cela doit orienter les électeurs que vous êtes, infirmières et infirmiers en activité ou retraités à voter aux élections CARPIMKO.

 Votons pour l’avenir de nos retraites

 Ces élections recouvrent un autre enjeu, celui de la participation. Un grand nombre d’IDEL ne comprennent pas toujours l’intérêt de la CARPIMKO car :

  • « La retraite est encore loin. »

Nous serons tous un jour des retraités et que les décisions prises aujourd’hui auront un impact pour nos retraites de demain.

  • « Il n’y aura pas de retraite. »

Ne soyons pas trop pessimistes et battons-nous pour que l’âge venu, nous ayons tous le droit à un repos mérité après des années de travail.

  • « Les syndicats ne savent pas négocier. »

Ne regardons pas seulement ce qui ne va pas, constatons les avancées obtenues ces dernières décennies.

Oui, le chantier est encore immense et les obstacles nombreux. Certes, nous devons composer avec les orientations politiques, le contexte économique, et les lobbies… C’est en montrant l’intérêt que la profession porte à son avenir et donc sa participation aux instants majeurs que sont ceux des élections, que nous pourrons faire entendre notre voix.

Promettre monts et merveilles c’est nier ces réalités, ou alors les méconnaitre. La tentation est forte pour convaincre certains indécis face à leur bulletin de vote de faire des promesses pour la profession, revendiquer ce qui n’est pas réalisable. Ce n’est pas ce que nous défendons.

Le Sniil, fort de son expérience, poursuit son travail de fond, parfois et même souvent invisible. NOTRE ténacité, NOTRE connaissance du système de santé et des rouages politiques, NOTRE expérience ne nous feront pas tomber dans le piège de la démagogie.

Notre combat dans cette campagne est bien celui de l’avenir de nos retraites, de l’avenir de notre caisse, la CARPIMKO. Face au bulletin de vote, pensez au programme qui engage nos candidats à l’élection et ne succombez pas aux chants des sirènes…